lundi 3 septembre 2007

La machine à fabriquer la gloire

Un laboratoire entièrement blanc, une énorme machine sur une table trouée au centre, la machine est fixée à l'intérieur.
Le professeur s'agite, l'assistant le suit dans la pièce, il est tout aussi agité. L'homme qui ne parle pas reste immobile dans un angle de la pièce et se tait comme à son habitude.

Le professeur : Le rendement de cette machine c'est la gloire et c'est bien pour ça que nous avons un problème.

L'assistant : (essoufflé) Posons-nous un instant! La gloire n'a jamais été un problème, je dirais plutôt...mais si vous me le permettez..

Le professeur : Je vous le permets. Allez-y!

L'assistant : Dans ce cas je dirais plutôt qu'il s'agit de la postérité.

Le professeur : Expliquez-vous!

L'assistant : La postérité est le rendu souhaitable d'une machine.

Le professeur : Cela ne fait aucun doute, toutefois si vous pouviez préciser votre pensée...

L'assistant : Il me semble que tout savant qui met au point une machine révolutionnaire a de fortes chances de voir la postérité se signer devant son nom.

Le professeur : Certes, mais je ne suis pas à la recherche de la postérité, les honneurs pour moi-même, non. Je cherche à mettre au point la machine à fabriquer la gloire.

L'assistant : Oui et ça c'est fort intelligent!

Le professeur : Quoi donc?

L'assistant : Et bien ça, la gloire pour autrui et par voie de conséquence la postérité pour vous-même. Il fallait y songer! (très essoufflé) Posons-nous!

Le professeur : Posez-vous! Je ne recherche pas la postérité mais nous avons un problème plus important que l'ego d'un professeur aussi brillant soit-il, nous sommes face à une lourde contradiction.

L'assistant : Une contradiction de quel ordre?

Le professeur : (offusqué) Cette machine n'a pas d'ordre vous le savez! Ce que vous dites n'a aucun sens!

L'assistant : (hésitant) Cette machine n'a pas de sens non plus.

Le professeur : C'est exact cette machine n'a pas de sens, vous progressez vite malgré tout.
Revenons à notre contradiction. Le problème est le suivant : la gloire est un but intellectuel...Vous me suivez?

L'assistant : Parfois.

Le professeur : Je vois... (long silence)... et actuellement?

L'assistant : Peu pour ainsi dire pas. Mais peut-être qu'en m'efforçant...

Le professeur : Qu'est-ce qu'une machine? (long silence) Une machine est un moyen physique. Pouvez-vous déterminer un point commun entre une machine, moyen physique et la gloire, but intellectuel, je vous le rappelle? Ce qu'il nous faut c'est un point commun permettant de former l'unité "machine à gloire".

L'assistant : Là je ne vois pas.

Le professeur et l'assistant s'agitent à nouveau dans l'espace. L'homme qui ne parle pas sort de la pièce.

6 commentaires:

Anne-Laure a dit…

Très amusant ce dialogue! Une vraie scène de théâtre, je vais lire les autres textes immédiatement!

Sabine a dit…

Bravo ! continuez, c'est un plaisir à lire.
et pour répondre à votre commentaire sur http://bibliobleu.blogspot.com/, c'est un blog perso, rien de professionnel, je suis une passionnée de lecture (entre autres) et j'espère toujours convertir ceux qui m'entourent à ces moments exceptionnels que l'on peut vivre avec les livres.
à bientôt.
Sabine
http://bleuoutremer.blogspot.com/

Sabine a dit…

+1 vote aussi pour vous. c'est avec grand plaisir !

Maguelonne Heugel a dit…

Hihi. La suite!

Sébastien a dit…

C'est une machine très en vogue depuis le 6 mai dernier, non ?

Rachelle a dit…

Keep up the good work.