dimanche 26 août 2007

Dans la peau de Rebecca


Piensa en mi. Rouge puis noir, je ferme encore les yeux tous les soirs pour entendre le bruit de ses talons, les aiguilles sur le parquet.

Elle a raison, il faut que je traite différemment mes problèmes avec les hommes. Plus de clic-clic, plus de couic!

Letal, El juez, Hugo, Eduardo; la multitude et le grain de beauté sur le gland appartiennent déjà à l'avenir.

"Si tienes ganas de llorar, piensa en mi"

Je pense à toi et je constate qu'ils sont hauts tes talons aiguilles.


3 commentaires:

Roxane Von Allmen a dit…

Toutes mes excuse à Cassandre, mon espagnole préférée, mon clavier ne m'a pas permis de mettre les accents espagnols.

Roxane Von Allmen a dit…

avec un "s" à excuse, je fatigue pardon!
RVA

David a dit…

Cinéphile en plus d'être auteur. Mademoiselle, vous êtes parfaite. A très vite