mardi 7 août 2007

Le cauchemar du tabouret (sans même un verbe pour se défendre)

Pas très stable comme chaise, plutôt l'air d'un tabouret, un tabouret pour sûr, pas de chance! Pas l'impression que la longueur de mes jambes ou bien la hauteur de mes pieds, ça alors pas de chance; ça non un tabouret tout pourri et trop haut en plus...et les trois pieds pas pareils, un plus court.
Bon la consigne : le cul sur la chaise (un tabouret en l'occurence). La chaise ou rien, si pas de chaise, pas de rendez-vous. Posé sur le tabouret et mes pieds si loin du sol, de la MERDE ce tabouret! Mais qui, ça alors qui? Un rendez-vous sur une chaise pourrie, qui?
15h45 sur la pendule et toujours rien!... poutant assis avant 15h30, habillé élégamment, aucune erreur.
Et toujours rien et pas stable ce tabouret de con.
D'un coup encore moins stable, une rébellion? PAS DE REBELLION POUR LES MEUBLES ! (très drôle : pas de rébellion pour les meubles!) Marre de cette chaise, même pas une chaise, un ta-bou-ret MINABLE.
Et ce rendez-vous? Et la lettre? Et la lettre pour ce rendez-vous? Mais qui? Pourquoi? Et pourquoi sur ce tabouret?
Rien à foutre du tabouret, un homme libre moi, tant pis pour le rendez-vous! A la maison!
Oh non, mon pantalon ... mon pantalon collé à la chaise, toute la journée sur cette chaise, même pas une chaise, un tabouret, un vilain tabouret, toute la nuit sur un tabouret de merde. Et si personne, alors ... toute la vie?
Tant pis pour le pantalon.................................ma main collée à la braguette? Pourquoi? Pourquoi une belle lettre pour un faux rendez-vous sur un tabouret de merde? Pourquoi le pantalon collé au tabouret, la main collée à la fermeture éclair du pantalon? Qui? Un ennemi pour sûr, mais qui?
La réponse sur la lettre, mais bien sûr!.............................la lettre collée dans la poche du pantalon et mon autre main.......indissociable de la poche car collée aussi. Seulement deux mains, les deux collées! fichu, complètememt fichu!
LE LIEN : toujours le pantalon, à chaque fois le pantalon: le pantalon collé au tabouret, à la main, à la lettre, à l'autre main; le pantalon collé à tout.
Tant pis à la maison avec le tabouret collé aux fesses, de l'art contemporain pour les voisins curieux!
Oh non!..................... le tabouret collé au sol.......une larme sur ma joue gauche.

6 commentaires:

Karine a dit…

Très sympa. C'est un texte type oulipo? Moi ça m'y fait penser et j'adore

peacebird a dit…

Joli tour de force; assez brillant pour le faire oublier, qui plus est!

Sébastien a dit…

Finalement, ce que l'on apprend à l'école est faux: on peut faire des phrases sans verbe ...

Et des verbes sans phrases ?

nico70 a dit…

Difficile la rédaction d'un commentaire sans verbe mais possible.La preuve!

Isabelle a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Isabelle a dit…

Pauvre tabouret, mais joli univers. Je reviendrai !

Isabelle
http://monblogdemaman.mabulle.com/

Désolée pour le commentaire effacé, j'ai buggé.